2 “J”
Des jeux qui m’ont beaucoup plu !
Nom du jeu

Alexandros

Auteur Leo Colovini  
Éditeur ou distributeur

 Éditeur ou distributeur

En principe, l’éditeur décide et finance la conception et la fabrication du jeu, tandis que le distributeur assure la diffusion de ce jeu auprès des revendeurs de sa zone géographique.
Parfois, l’éditeur et le distributeur ne font qu’un, parfois non. Mais tout n’est pas toujours aussi simple...

Winning Moves  
Année 2003
Nombre de joueurs 2 à 4
Public

 Public

On entend par « bambins » les très jeunes joueurs d'âge préscolaire, et par « enfants » les jeunes joueurs sachant lire et compter.

ados, adultes
Durée d’une partie

 Durée d’une partie

La durée est donnée à titre indicatif et peut différer de celle indiquée par l’éditeur.

45 min
Caractéristique innovation
Mécanisme partage territorial
Thèmes Antiquité, Grèce antique, histoire, Méditerranée, Orient, Perse, Arabie
Emplacements étagère A, rayon A
Règle du jeu  La règle à l’Escale à jeux
Résumé  sur PPP
Liens externes rapides

C'est incroyable ! J'ai vécu deux ans en ignorant l'existence d'Alexandros, ayant bêtement fait confiance à des avis négatifs entendus et lus ici ou là. Et puis, profitant de soldes chez mon détaillant préféré (que je ne citerai pas car on pourrait croire que ce serait de la publicité, même lorsqu'il s'agit de l'excellente boutique Descartes de Lyon).

Sur un plan de jeu représentant l'Asie Mineure, Alexandre trace sa route sur les lignes séparant les cases triangulaires. Chemin faisant, il laisse derrière lui des frontières formant des provinces.

Vous êtes l'un des généraux d'Alexandre. Vous prenez la direction de ces provinces pour y collecter des impôts, et donc des points de victoire. Pour cela, il vous faut poser au moins un gouverneur sur la province convoitée, et payer une carte pour chaque symbole de la province. Le tour d'un joueur se décompose en deux phases. D'abord, il déplace Alexandre selon un procédé totalement innovant que je vous laisse découvrir dans les règles. Puis il accomplit deux actions tour à tour. Une action consiste à piocher des cartes qui permettront d'occuper une province. Une autre action consiste à occuper une province avec des cartes et un ou plusieurs gouverneurs, ou alors à évincer un concurrent pour occuper une province à sa place. On peut enlever un gouverneur d'une de ses provinces pour une action, car la levée de l'impôt n'est possible que dans les provinces avec un seul gouverneur. Enfin, l'action la plus importante est le prélèvement de l'impôt. Celui-ci ne peut être choisi qu'une fois par tour, alors que toutes les autres actions peuvent être jouées deux fois. Pour prélever l'impôt, il vous faudra jouer une carte. Mais surtout, tous les joueurs occupant des provinces avec un seul gouverneur en profiteront pour prélever l'impôt en même temps que vous.

Vous l'avez compris, il faut agir avec finesse pour prendre l'avantage quand il se présente.

Bourré d'innovations réussies, Alexandros est passé inaperçu, de manière assez injuste à mon avis. Bien sûr, le jeu est plus difficile que Clans du même auteur. Mais de temps à autre, il faut aussi se fatiguer un peu les neurones.

Toutes les parties auxquelles j'ai joué depuis que je l'ai découvert ne me donnent que l'envie d'y jouer encore et encore. Peut-être la difficulté et la complexité des règles ont-elles nui au jeu. La traduction de Dominique Vandaële (un grand merci pour ses nombreuses et excellentes traductions) est pourtant fidèle et reproduit même des notes de l'auteur. Peut-être manque-t-il dans les règles une présentation rapide de l'esprit du jeu. J'espère vous l'avoir expliqué ci-dessus, et vous avoir donné l'envie de partager avec moi le bonheur que je trouve dans Alexandros.

Cliquez pour réafficher cette page avec le sommaire et le menu   Revenir à l’accueil

Toutes les coordonnées
pour joindre l'Escale à jeux
Vous voulez imprimer cette présentation ?
Cliquez ici pour faire disparaître les menus du haut et de gauche
 : escaleajeux.fr/fiche/alexa
Rédaction : François Haffner
Date de publication inconnue