2 “J”
Des jeux qui m’ont beaucoup plu !
Nom du jeu
alias
Ghost Fightin’ Treasure Hunters!
Geister, Geister! Schatzsuchmeister!
Ghost Fightin’ Treasure Hunters! - Trésor caché
Trésor caché
Auteur Brian Yu  
Éditeur ou distributeur

 Éditeur ou distributeur

En principe, l’éditeur décide et finance la conception et la fabrication du jeu, tandis que le distributeur assure la diffusion de ce jeu auprès des revendeurs de sa zone géographique.
Parfois, l’éditeur et le distributeur ne font qu’un, parfois non. Mais tout n’est pas toujours aussi simple...

Mattel  
Année 2013
Nombre de joueurs 2 à 4
Public

 Public

On entend par « bambins » les très jeunes joueurs d'âge préscolaire, et par « enfants » les jeunes joueurs sachant lire et compter.

enfants, ados
Durée d’une partie

 Durée d’une partie

La durée est donnée à titre indicatif et peut différer de celle indiquée par l’éditeur.

30 min
Mécanisme coopération
Thèmes fantômes, vampires et monstres
Emplacements étagère G, rayon G
prix ludique Kinderspiel des Jahres

 Kinderspiel des Jahres

Le Kinderspiel des Jahres (Jeu de l’Année pour enfants) est décerné chaque année en Allemagne par un jury.

Jeu de l’année enfants 2014
Règle du jeu  La règle à l’Escale à jeux
Liens externes rapides
Une présentation par Bruce Demaugé-Bost  
Quelques présentations sont rédigées par des amis de l’Escale à jeux, tous fins connaisseurs du domaine des jeux de société. Les notes sont attribuées par le webmestre.

Un jeu proposé par Mattel, un titre à rallonge présent en cinq langues différentes sur la boîte, une illustration sombre... Voilà de bien mauvais indices qui risquent d'amener des joueurs à passer à côté de cette merveille ludique qu'est «  Trésor caché ». Heureusement, l'écusson du Kinderspiel des Jahres 2014, amplement mérité, permet de passer outre les a priori. Le jeu est coopératif, adapté au jeune public (à partir de 8 ans, mais un peu moins si les enfants sont accompagnés par des plus grands) et pas mièvre pour un sou.

Les joueurs incarnent quatre enfants (trois garçons et une fille, on approche de la parité) qui ont décidé d'aller piller, disons-le clairement, une maison hantée (elle est belle, la jeunesse !). Pour cela, ils doivent en parcourir les pièces et, parfois, affronter les fantômes qui y apparaissent. Laisser les fantômes pulluler attirera inexorablement d'horribles esprits malfaisants bien plus difficiles à chasser (les joueurs seront alors obligés d'aller à la rescousse les uns des autres).

Le système particulier de pioche de cartes n'est pas sans rappeler celui développé par Matt Leacock dans ses excellents jeux Pandémie et L’Île interdite. Il fonctionne ici à merveille. Les petits fantômes verdâtres sont adorables et les êtres malfaisants bien rendus. Plusieurs variantes permettent de rendre les parties plus difficiles, en ajoutant des cartes, des contraintes de déplacement ou en imposant un ordre de récupération des joyaux volés. L'ensemble est suffisamment bien pensé pour couvrir tous les niveaux de jeu : il n'est pas certain que des Pandémistes chevronnés survivraient à une partie mêlant toutes les difficultés proposées.

En conclusion, exception faite de l'abominable et repoussant couvercle de la boîte de jeu, on a affaire à un sans faute.

Cliquez pour réafficher cette page avec le sommaire et le menu   Revenir à l’accueil

Toutes les coordonnées
pour joindre JeuxSoc
Vous voulez imprimer cette présentation ?
Cliquez ici pour faire disparaître les menus du haut et de gauche
Rédaction : Bruce Demaugé-Bost
Publié le 7 janvier 2018
Correction : Paul Lequesne