2 “J”
Des jeux qui m’ont beaucoup plu !
Nom du jeu Istanbul
  Le Jeu de dés
Auteur Rüdiger Dorn  
Éditeurs ou distributeurs

 Éditeurs ou distributeurs

En principe, l’éditeur décide et finance la conception et la fabrication du jeu, tandis que le distributeur assure la diffusion de ce jeu auprès des revendeurs de sa zone géographique.
Parfois, l’éditeur et le distributeur ne font qu’un, parfois non. Mais tout n’est pas toujours aussi simple...

Éditions du Matagot  
Pegasus  
Année 2017
Nombre de joueurs 2 à 4
Public

 Public

On entend par « bambins » les très jeunes joueurs d'âge préscolaire, et par « enfants » les jeunes joueurs sachant lire et compter.

enfants, ados, adultes
Durée d’une partie

 Durée d’une partie

La durée est donnée à titre indicatif et peut différer de celle indiquée par l’éditeur.

30 min
Mécanismes collecte, dés
Thème Orient
Emplacements étagère I, rayon I
Règle du jeu  La règle à l’Escale à jeux
Liens externes rapides

S'il est beaucoup plus simple que son aîné Istanbul, Istanbul - Le Jeu de dés en reprend cependant l'esprit. Les assistants deviennent des dés qui récoltent les diverses marchandises et parfois quelques sous.

Lorsqu'ils sont en nombre suffisant, les dés peuvent être directement utilisés pour acquérir des rubis. Mais il est également possible d'acheter des production qui viendront en complément des dés pour former des combinaisons plus larges.

Les tuiles Mosquée peuvent également être acquises qui procurent des avantages importants en début de tour comme des dés ou des actions supplémentaires.

La règle est rapidement expliquée et l'aide de jeu résumée n'est guère utile que pour les deux premières parties. On joue et rejoue sans se lasser, surtout quand les dés sont favorables… ou qu'on a le secret espoir qu'ils le deviennent !

Cliquez pour réafficher cette page avec le sommaire et le menu   Revenir à l’accueil

Toutes les coordonnées
pour joindre JeuxSoc
Vous voulez imprimer cette présentation ?
Cliquez ici pour faire disparaître les menus du haut et de gauche
Rédaction : François Haffner
Publié le 31 décembre 2017