2 “J”
Des jeux qui m’ont beaucoup plu !
Nom du jeu Pastiche
Auteur Sean D. MacDonald  
Éditeurs ou distributeurs

 Éditeurs ou distributeurs

En principe, l’éditeur décide et finance la conception et la fabrication du jeu, tandis que le distributeur assure la diffusion de ce jeu auprès des revendeurs de sa zone géographique.
Parfois, l’éditeur et le distributeur ne font qu’un, parfois non. Mais tout n’est pas toujours aussi simple...

Asyncron Games  
Blackrock Games  
Fred distribution  
Année 2011
Nombre de joueurs 2 à 4
Public

 Public

On entend par « bambins » les très jeunes joueurs d'âge préscolaire, et par « enfants » les jeunes joueurs sachant lire et compter.

ados, adultes
Durée d’une partie

 Durée d’une partie

La durée est donnée à titre indicatif et peut différer de celle indiquée par l’éditeur.

45 min
Caractéristique inadapté aux daltoniens
Mécanismes collecte, combinaisons
Thème arts plastiques
Emplacements étagère P, rayon P
Site officiel  Site officiel
Règle du jeu  La règle à l’Escale à jeux
Liens externes rapides

L'édition l'internationale de Pastiche, présentée ici, comporte une traduction très correcte en français mais les tableaux et les aides de jeu sont en anglais. Ce n'est pas vraiment gênant mais une édition 100% française, promise par Asyncron Games, serait un plus appréciable.

L'objet du jeu est de reproduire des tableaux de maîtres. Rassurez-vous, on ne va pas vous demander de peindre ! Il suffira de réunir les couleurs d'un tableau pour que celui-ci soit considéré comme réalisé. Ouf ! C'est là qu'intervient le mécanisme central du jeu : la constitution des couleurs à base de palettes ne comportant que rouge, jaune et bleu. En plaçant judicieusement une palette contre celles déjà posées, on pourra obtenir des couleurs nouvelles. Par exemple, le jaune plus le rouge donnent de l'orange. Il est possible de réunir jusqu'à trois doses de couleurs primaires. Par exemple, jaune plus bleu donnent du vert, mais jaune plus jaune plus bleu donnent du turquoise et jaune plus bleu plus bleu donnent la couleur olive. Il est également possible d'échanger des couleurs selon un barème précis pour prendre du noir, du blanc, du gris ou de l'ocre. Enfin, il reste la possibilité de négocier avec les adversaires pour échanger des couleurs librement.

Le but est de réaliser des tableaux dont le total des points est fixé selon le nombre de joueurs. À deux joueurs, par exemple, il faut totaliser quarante-cinq points pour mettre fin à la partie. Quand un joueur réalise deux tableaux d'un même peintre, il marque un bonus qui peut s'avérer important lors du décompte final. Il est donc souvent judicieux de surveiller les tableaux de la pioche puisqu'il est possible d'échanger un des siens contre un de cette pioche.

Les parties et le tour de chaque joueur sont rapides. Il n'est pas rare que les joueurs en redemandent. Le seul point négatif est le coût assez élevé du jeu, mais il est largement justifié par la qualité et la quantité du matériel fourni.

Cliquez pour réafficher cette page avec le sommaire et le menu   Revenir à l’accueil

Toutes les coordonnées
pour joindre JeuxSoc
Vous voulez imprimer cette présentation ?
Cliquez ici pour faire disparaître les menus du haut et de gauche
Rédaction : François Haffner
Publié le 25 mars 2012