jeu traditionnel
Jeu traditionnel parfois pratiqué depuis la nuit des temps.
Impossible de donner une cote
Nom du jeu Racetrack
Auteur tradition  
Éditeur ou distributeur

 Éditeur ou distributeur

En principe, l’éditeur décide et finance la conception et la fabrication du jeu, tandis que le distributeur assure la diffusion de ce jeu auprès des revendeurs de sa zone géographique.
Parfois, l’éditeur et le distributeur ne font qu’un, parfois non. Mais tout n’est pas toujours aussi simple...

domaine public  
Année date inconnue
Nombre de joueurs 2 à 4
Public

 Public

On entend par « bambins » les très jeunes joueurs d'âge préscolaire, et par « enfants » les jeunes joueurs sachant lire et compter.

enfants, ados, adultes
Durée d’une partie

 Durée d’une partie

La durée est donnée à titre indicatif et peut différer de celle indiquée par l’éditeur.

15 min
Mécanismes combinatoire à information parfaite, course, gain par atteinte, maîtrise
Thèmes automobiles, transports
Emplacement hors collection
Règle du jeu  La règle à l’Escale à jeux
Lien externe rapide

Nombre d'entre nous ont joué aux courses de voitures sur papier, connues en anglais sous le nom de Racetrack. Le principe en est simple. On dessine un circuit sur du papier quadrillé puis on lance la course. Au départ, la vitesse est nulle. À chaque tour, on peut augmenter ou diminuer de 1 le vecteur de vitesse dans chacune des directions.

Par exemple, si la vitesse est actuellement de +3/-2 (2 cases vers la droite et 3 vers le bas), on peut passer à :

  • +4/-1
  • +4/-2
  • +4/-3
  • +3/-1
  • +3/-2 (inchangé)
  • +3/-3
  • +2/-1
  • +2/-2
  • +2/-3

Le joueur trace ensuite un vecteur correspondant à sa vitesse. Il ne faut, évidemment, ni occuper une case déjà occupée, ni sortir de la route.

Cliquez pour réafficher cette page avec le sommaire et le menu   Revenir à l’accueil

Toutes les coordonnées
pour joindre JeuxSoc
Vous voulez imprimer cette présentation ?
Cliquez ici pour faire disparaître les menus du haut et de gauche
 : escaleajeux.fr/fiche/racet
Rédaction : François Haffner
Publié le 24 décembre 2017