Week-End au trou du cul du monde

Rubrique reportages

Toujours au service de ses lecteurs et n'écoutant que son courage, toute l'équipe de Jeuxsoc décidait durant l'été 2002 de laisser la civilisation derrière elle pour visiter deux éditeurs actuellement en vogue : Paille Éditions et La Haute Roche

C'est donc avec fébrilité que Chantal s'installe au volant de notre vaillante Nevada, tandis que je prends place à ses côtés, munis des cartes d'état-major. Agathe, stagiaire pour l'été chez JeuxSoc, et par ailleurs notre fille, se charge à l'arrière de protéger les quelques bimbeloteries que nous emportons pour amadouer les indigènes limousins.

Paille Édition

La route est longue depuis Lyon, mais nous sommes surpris de constater qu'elle est tout à fait carrossable, et même souvent goudronnée. Malgré tout, une certaine appréhension nous prend tandis que nous pénétrons dans la campagne toujours plus profonde, où les fast-foods se font de plus en plus rares.

Vers midi, nous arrivons enfin à Pazat, hameau de Le Vigen (son église**, sa mairie**), où se trouve le siège social de Paille Éditions.

Nous sommes accueillis par Yves Renou, Directeur de Paille Éditions, mais également Chargé de production, Responsable Qualité, Responsable des Ressources Porcines, Chargé de Moissons et Responsable des Expéditions. L'homme a su rester simple et nous reçoit chaleureusement, accompagné de quelques unes de ses collaboratrices.

Ce n'est pas la première fois que nous nous rencontrons, mais Chantal et Agathe ne connaissent pas encore Yves, si ce n'est au travers de ses jeux. Nous faisons le tour du propriétaire, et rencontrons une grande partie de l'équipe de développement de Baccade qui prend ses aises dans un champ proche de la maison.

Les lecteurs qui n'ont pas encore lu le livret du célèbre jeu de cochons, qui ne regardent pas la télévision, et ne lisent aucun journal, ne savent peut-être pas encore qu'Yves Renou est le créateur d'un jeu au succès mérité, Baccade. Ce jeu de cartes a été conçu au départ pour faire connaître les culs-noirs. Cette race limousine de cochons élevés en plein air était presque éteinte. C'est grâce à la volonté de quelques éleveurs, dont Yves, qu'elle a été préservée. Elle est même maintenant considérée comme sauvée d'une disparition qui était certaine il y a quelques années.

Baccade a transformé la vie d'Yves qui aime les défis. Ce parisien, fils de fonctionnaires a choisi il y a 20 ans de devenir éleveur et se retrouve aujourd'hui éditeur de jeux de société !

Yves n'était pas spécialement joueur. Mais il a aimé l'aventure de Baccade, et a récidivé avec Fais pas l’âne qui sortira à l'automne et dont les premières commandes laissent présager un succès comparable, sinon supérieur à son cochon de prédécesseur.

Son premier jeu de pions, La Vache amoureuse, vient de remporter le prestigieux premier prix du Festival des créateurs de jeux de Besançon. Le jeu mêle une petite dose de hasard à pas mal de tactique et beaucoup de bluff pour donner un résultat réellement plaisant, tant à deux qu'à quatre joueurs. Yves rencontre des difficultés d'édition : il est difficile de concilier un prix de vente convenable avec les exigences de qualité. Paille Éditions a réussi ce difficile équilibre avec Baccade et Fais pas l’âne. Gageons que le pari réussira aussi avec La Vache amoureuse.

Chantal teste le prototype de la Vache amoureuse avec Yves

Yves Renou a toujours été un homme de conviction. Après s'être lancé dans l'aventure paysanne, il a rapidement découvert les délices de l'agriculture saine et milite toujours à la Confédération Paysanne. Il est donc hors de question de réaliser des économies en fermant les yeux sur les conditions de fabrication des éléments du jeu.

L'édition a pris une place de plus en plus importante dans la vie d'Yves, de sa femme Bernadette, et de leurs bambins. Il n'est pas rare que la ferme soit visitée par des amoureux de Baccade de passage dans la région. Pazat est en effet à quelques kilomètres de l'autoroute, et le tourisme ludique est fort développé ! Nous serons nous-mêmes témoins du passage de visiteurs imprévus au cours du week-end.

En fin d'après midi, toute la famille nous rejoint, de retour de vacances. Yves nous faisait alors visiter Paille éditions, qui occupe une pièce de la grange attenante à sa maison.

La fabrication n'est pas faite sur place, mais Yves se charge de toute l'expédition. Les boîtes et les affiches s'empilent dans la petite pièce qui tient également lieu d'atelier R&D (recherche et développement).

Le soir venu, nous accueillons les voisins et nous attablons autour d'un délicieux rôti de cul-noir qui, à lui seul, vaut le déplacement. Puis nous passons une agréable soirée (mais ça, c'est notre vie privée et ça ne vous regarde pas).

La Haute Roche

 

Levés dès l'aube, nous nous recouchons !

Il est en effet bien trop tôt pour aller rendre visite au deuxième éditeur prévu dans notre circuit découverte des culs-terreux, La Haute Roche.

C'est donc vers 14h que nous prenons la route avec Yves, à destination de Ladignac-le-Long, situé comme son nom l'indique juste au milieu du trou du cul du monde. Après un quart d'heure de route et huit cent vingt-trois virages, nous arrivons au lieu-dit de la Haute Roche où nous sommes accueillis par la tribu de Sylvie Barc et Dominique Granger.

Sylvie Barc est l'auteure de nombreux jeux connus. Elle a signé ou co-signé Élixir, Bombay Bazar, Fantasy ou Shabadabada. Les plus anciens se rappelleront de Spirou et les champignons géants, Vertigo, Paris zoom ou des Club Voyage chez Nathan.

Mais le jeu qui lui permet aujourd'hui de vivre est le très simple Week-End au trou du cul du mondeticta, diffusé dans vingt pays et vendu, l'an dernier, à plus de deux cent mille exemplaires.

Sylvie a également créé de nombreux jeux pour enfants, quelques encarts dans des revues telles que Jeux et Stratégie ou Casus Belli. Elle a participé à une revue de jeux de rôle, Chroniques d'outre monde, où elle a rencontré son actuel mari et maquettiste préféré, Dominique Granger.

Sylvie est enfin l'auteur de 4 adorables enfants.

Nous ne nous étions jamais rencontrés avant ce week-end et nos premières relations épistolaires datent de la mémorable interview que j'ai effectué pour JeuxSoc à propos de la sortie de Shabadabada. (Nous nous sommes vus la veille autour d'un rôti de cul-noir, mais ça c'est notre vie privée et ça ne vous regarde pas !)

Les éditions de la Haute Roche n'ont pas de local en propre. Elles logent dans la très agréable et très grande pièce principale de la maison de Sylvie et Dominique. Une étagère accueille dans sa partie haute les jeux déjà édités, et dans sa partie basse ceux qui devraient l'être.

À peine arrivés, nous nous faisons agresser par Sylvie qui compte nous séquestrer jusqu'à ce que nous ayons essayé tous ses prototypes. Pour nous sauver de cette situation périlleuse, j'ai recours au plus vil chantage, allant jusqu'à la menacer de révéler à mes lecteurs qu'elle est l'un des auteurs de Savannah Café. Nous signons rapidement un compromis : nous n'essayerons que quelques prototypes et reviendrons en deuxième semaine pour tester les autres.

L'imagination de Sylvie est débordante et ses meilleurs jeux attendent encore de trouver un éditeur.

Nous nous intéressons à un jeu qui me donne envie de retomber en enfance. Il s'agit de reconstituer la célèbre chambre de Van Gogh en retrouvant les couleurs qui composent ses principaux éléments.

Sylvie m'explique avec enthousiasme les mécanismes d'un jeu de cartes qui est, à ma connaissance, le premier ayant pour thème le strip-tease d'orquettes.

Nous décidons de tester plus en profondeur un jeu de tuiles et de connexions, Casbah, alias Kaser Sultan. Les tuiles représentent les pièces et les jardins d'un palais que nous allons construire peu à peu. La taille du palais est déterminée en cours de jeu et il s'agit de placer les pièces les plus coûteuses et de ne pas en conserver en main à la fin de la partie. Le jeu me plaît énormément. Mais je suis mauvais juge : j'adore les jeux de connexion.

De gauche à droite, Sylvie, un auteur animalier limousin (qui a été brouillé pour préserver son anonymat), Tom, Céline, Frédéric, François et Manon (qui joue une tuile décisive et qui va gagner la partie haut la main)

Nous parvenons avec beaucoup de difficulté à nous extirper de la demeure de ces sympathiques culs-terreux. Ce n'est pas tous les jours qu'ils reçoivent la visite de personnalités aussi éminentes que nous ! Mais il nous faut maintenant prendre congé de nos hôtes et retourner à la grande ville.

Sylvie, qui a remarqué qu'il manquait à ma collection, m'offre un exemplaire d'un jeu totalement introuvable, bien qu'édité récemment par Kosmos : Das Gold der Maya. Elle ne sait pas encore que le jeu va me passionner et sera traduit dans la semaine. Sylvie, qui est fière de cette création qu'elle considère comme une de ses meilleures, ne comprend pas pourquoi les éditeurs changent souvent les thèmes des jeux retenus. Le jeu original, Stardust, avait pour thème des dieux qui créaient des planètes en assemblant différents paysages. Le décor est devenu celui d'explorateurs qui se chamaillent des morceaux de trésors lors de curieuses ventes aux enchères. Mais les subtils mécanismes initiaux ont été préservés dans la transformation, ce qui est l'essentiel.

Retour vers la civilisation

Sur le chemin du retour, ma compagne me confie qu'elle a trouvé tous ces gens bien sympathiques… surtout pour des joueurs !

Agathe, quant à elle, me nargue avec sa boîte de La Compil', dédicacée par Sylvie à son nom, et qu'elle refuse de voir rejoindre la collection de Jeuxsoc. On en reparlera…

Partager cet article

Cliquez pour dupliquer cette page avec le sommaire et le menu dans une nouvelle fenêtre   Revenir à l’accueil

Toutes les coordonnées
pour joindre JeuxSoc
Vous voulez imprimer cette présentation ?
Cliquez ici pour faire disparaître les menus du haut et de gauche
Rédaction : François Haffner
Publié le 31 août 2002

 Signaler une amélioration

Vous pouvez signaler ici tout ce qui vous semble souhaitable pour améliorer cette présentation et, de manière générale, la qualité du site :
Merci de participer à améliorer le site !

 Sélections

Il existe trois types de sélections : Lorsque le jeu appartient à une sélection, son libellé est précédé du symbole . En cliquant sur ce symbole, le jeu est retiré de la sélection.
 
Lorsque le jeu n’appartient pas à la sélection, son libellé est précédé du symbole . Il suffit de cliquer sur ce symbole pour que le jeu soit ajouté à la sélection.
 
Vous pouvez créer, modifier ou supprimer une sélection, ainsi que créer ou gérer vos groupes depuis le menu “membre” en haut de la page.

 Mémo perso

Si vous le renseignez et comme l’indique son nom, le mémo perso, ne peut être vu que par vous-même.
Il apparaît dans les tableaux issus de tris ou d’une recherche ().
Il est également possible de faire une recherche avancée sur un ou plusieurs mots du mémo perso, par exemple, rechercher tous les, jeux où l’on a inscrit en mémo « offrir à Tatie Germaine »
Profil / préférences
Modifier vos coordonnées et vos préférences
Accéder à la gestion des liens externes
 
Cette option est réservée aux membres inscrits
Cliquez pour vous connecter…
Dupliquer cette page
dans une nouvelle fenêtre ou un nouvel onglet
Recherche ludique multi-sites
Rechercher ce jeu sur plusieurs sites ludiques, à l’aide de Google
Parler de ce jeu sur Facebook
Il suffit de cliquez ici
Envoyer un courriel à un(e) ami(e)
pour lui signaler cette présentation
 
Cette option est réservée aux membres inscrits
Cliquez pour vous connecter…
Pour créer un lien vers cette présentation :
— ouvrir JeuxSoc sur cette page : http://jeuxsoc.fr/fiche/wetdc
— afficher la page seule (sans cadres) : http://jeuxsoc.fr/jeu/wetdc.0.0
Cliquez pour afficher
les jeux de cette sélection
dans le sommaire à gauche
 
espace membre

Vous n'êtes pas connecté(e)