coup de cœur
Des jeux bien au-dessus du lot, dont on ne se lassera pas de sitôt...
Le nombre est volontairement limité.
à fabriquer
Les jeux présentés ici sont de l’une des trois catégories suivantes :
- soit ils sont libres de droits ;
- soit ils sont autorisés en téléchargement pour un usage personnel ;
- soit enfin, il s’agit de reproductions de jeux introuvables (ou quasi introuvables) que nous vous proposons d’essayer, toujours à titre strictement personnel.
Important : les jeux cités restent la propriété de leurs ayant-droit.
Nom du jeu C-Cross
Auteur Ludovic Gimet  
Éditeur ou distributeur

 Éditeur ou distributeur

En principe, l’éditeur décide et finance la conception et la fabrication du jeu, tandis que le distributeur assure la diffusion de ce jeu auprès des revendeurs de sa zone géographique.
Parfois, l’éditeur et le distributeur ne font qu’un, parfois non. Mais tout n’est pas toujours aussi simple...

Clemens Gerhards  
Année 2015
Nombre de joueurs 2
Public

 Public

On entend par « bambins » les très jeunes joueurs d'âge préscolaire, et par « enfants » les jeunes joueurs sachant lire et compter.

enfants, ados, adultes
Durée d’une partie

 Durée d’une partie

La durée est donnée à titre indicatif et peut différer de celle indiquée par l’éditeur.

30 min
Caractéristique jeu de pions
Mécanismes combinatoire à information parfaite, gain par chemin, maîtrise, majorité
Emplacements étagère C, rayon C
Règle du jeu  La règle à l’Escale à jeux
Liens externes rapides

C-Cross est un jeu de connexion, famille que j'affectionne particulièrement. Le mécanisme a été maintes fois exploré et il est difficile d'innover beaucoup. C'est pourtant ce que réussit Ludovic Gimet qui nous a concocté un petit bijou magnifiquement mis en scène par Clemens Gerhards.

Les deux adversaires ont le même but : relier avec leurs tuiles en forme de « C » deux côtés opposés du tablier. Le schéma ci-dessous permet de mieux comprendre ce qu'on appelle côtés :

Les joueurs ne peuvent pas poser directement ces « C ». Il leur faut d'abord gagner la zone en y établissant une majorité de pions qui occupent une case (les « C » sont composés de 5 cases unitaires).

À tour de rôle, ils peuvent placer un ou deux pions. S'ils en posent deux, ceux-ci doivent être adjacents mais dans des zones différentes.

Dès qu'un joueur possède au moins 3 pions dans une zone, il, devient majoritaire dans cette zone et il va pouvoir y poser une tuile. On reconnaît un principe de ConHex, un jeu apprécié de Ludovic Gimet. La partie est interrompue et le joueur majoritaire retire tous les pions pour placer une tuile à sa couleur. C'est alors qu'entre en jeu un mécanisme subtil et innovant. Le joueur reprend ses propres pions mais il lui faut ensuite replacer les pions adverses qu'il a retirés sur le jeu et, pour ce faire, il doit les poser à la place de certains de ses propres pions ! Il a bien entendu le choix des pions qu'il remplace et peut privilégier les emplacements qui ne donnent pas trop d'avantage à l'adversaire. Effet boule de neige : les pions replacés peuvent déclencher une nouvelle majorité qui sera résolue de la même façon.

Le jeu séduira à coup sûr les amateurs de jeux de connexion. Si vous êtes un peu bricoleur, vous pouvez vous en fabriquer un exemplaire et envoyer à Ludovic un petit jeu qu'il n'a pas encore et qu'il pourra ajouter à sa ludothèque ou une boîte de chocolats. mais si vous avez les moyens de vous offrir la coûteuse et magnifique édition en hêtre par Clemens Gerhards, je suis certain que vous ne regretterez pas votre investissement !

Cliquez pour réafficher cette page avec le sommaire et le menu   Revenir à l’accueil

Toutes les coordonnées
pour joindre JeuxSoc
Vous voulez imprimer cette présentation ?
Cliquez ici pour faire disparaître les menus du haut et de gauche
 : escaleajeux.fr/fiche/ccros
Rédaction : François Haffner
Publié le 25 octobre 2015